Rechercher
  • Sarah Dulac

Résidence aux Halles du Faubourg

Dans le cadre de l'appel à résidence pour le projet d'exposition collective SOURCES



Résidence de mars à mai 2020 - Exposition SOURCES de juin à juillet 2020.


La proposition de projet soumise aux deux commissaires d'exposition,

Dounia Jauneaud et Mathilde Corbet, est celle-ci :

Le projet Paysages Partage sera scindé en deux temps :

Un temps pour la récolte des témoignages, description personnelle des visiteurs des Halles, répondant à cette question : « Quel serait l’endroit qui te permettrait de d’extraire de ton quotidien ?». Cette première phase prendra place dans une structure dédiée.

Cette structure sera construite comme une double cabane, esthétiquement à la frontière entre le confessionnal et la serre de jardin. Le visiteur est invité à prendre place dans cet espace et à livrer sa contribution à la pièce en répondant à cette proposition en forme de question. Sa description orale de son paysage, son espace, son endroit idéal seront enregistrés puis diffusés dans le second dispositif (les 3 modules décrits ci-après).

Un temps pour l’écoute, le repos du corps, la contemplation d’un paysage végétal. Trois modules obliques seront placés ça et là dans l’espace des Halles. Les visiteurs seront à présent invités à se reposer sur ces structures, observer et écouter les témoignages récoltés. Ce temps est un moment de lien entre les paysages rêvés, extraordinaires, décrits par d’autres visiteurs et le végétal -banal- visible par la fenêtre du module oblique. Cette posture, face contre, le regard tourné vers l’intérieur est un clin d’oeil au système déséquilibrant de Ugo la Pietra, qui imaginait son commutator comme un modèle de compréhension autre.

Il s’agit ici aussi d’une proposition de compréhension autre, par l’expérience et dans le lien avec la nature et le paysage rêvé, fantasmé. Imbriquer la fonction et l’imaginaire du parloir avec l’univers du jardin cultivé (par le revêtement de la structure). L’aspect intime, secret, est augmenté avec la serre qui renvoie à la culture du potager, des fleurs, de l’organique. Visuellement, je recherche dans le revêtement translucide de bâche armée verte une visibilité altérée des corps des visiteurs révelant leur lieu fantasmé.

Comme l’explique bien la designer et chercheuse Jamie Paik sur l’enseignement de la créativité : « Il s’agit de relier des points qu’on imaginait impossibles à relier entre eux. Pour relier davantage de points et créer davantage de connexions, il vous faut la science fondamentale que vous avez apprise en classe, mais il vous faut également ajouter des choses que vous voyez dans la nature ou que vous avez apprises dans votre vie de tous les jours. C’est cette combinaison et cette accumulation de savoir et d’expérience qui vous permet de produire des connexions créatives. »

S’il existe deux temps distincts d’appréhension du projet pour le visiteur, les dispositifs seront, eux, présents simultanément au sein des Halles du Faubourg.

L’idée est que les enregistrements soient traités puis diffusés quelques jours plus tard, de manière à créer un lien entre le visiteur et le lieu des Halles du Faubourg (le but étant qu’il ait l’envie de revenir pour écouter son enregistrement et celui de ses amis, famille, connaissances ou inconnus qui ont occupé avec lui l’espace des Halles).


Des news du projet à venir ...

1 vue

© Copyright Sarah Dulac I 2019

  • Instagram - Sarah DULAC
  • LinkedIn - Sarah Dulac
  • Facebook - Sarah Dulac